Arrivé à Clermont l’an dernier en provenance d’Argentine, « Pato » Fernandez s’impose de plus en plus comme un des joueurs clés de l’effectif pourtant 5 étoiles de l’ASM. Le jeune ouvreur de 22 ans, pouvant aussi jouer arrière,  impressionne, scorant même 30 points lors du derby contre le CA Brive.

La saison dernière, il était barré par la doublette Brock James – Camille Lopez. Il a d’ailleurs affirmé avoir beaucoup appris aux côtés de l’ouvreur australien, aujourd’hui parti à la Rochelle. Et si dans les grosses affiches l’international français est pour l’instant titulaire, le jeune ouvreur argentin gratte de plus en plus de temps de jeu au point d’être désormais bien plus qu’un recours chez les jaunards. Il a d’ailleurs prolongé cette semaine pour trois saisons, et est désormais lié au club auvergnat jusqu’en 2020.

Le natif de Rosario, comme Lionel Messi, Javier Mascherano ou Juan Imhoff enchaine les bonnes performances et devrait prochainement être une des attractions de notre championnat. Le jeune joueur a d’ailleurs particulièrement brillé lors des dernières Coupe du Monde des -20 ans auxquelles il a participé, en 2013 et 2014. Avant de s’engager à l’ASM en 2015, après un premier échec en 2013.

Doté d’un solide gabarit, plutôt rare pour son poste (1m92, 94 kgs), l’argentin est notamment réputé pour ses qualités d’attaquants. En effet, il a déjà scoré à quatre reprises depuis le début de saison. De plus, le joueur n’est pas le plus maladroit face aux perches. Si ses entraineurs lui demandent un peu plus de régularité, ce qui est normal à son âge, il semble avoir conquis tout le camp des jaunes et bleus.

Déjà solidement installé en tête du championnat, Clermont compte donc un nouvel atout de choix dans son effectif plus que pléthorique. Dans une saison qui s’annonce longue, entre les objectifs nationaux et européens, un second ouvreur de haut niveau ne sera pas de trop. Et que dire de l’équipe nationale argentine ? Alors qu’en France, nous nous étranglons pour trouver un numéro 10 de haut niveau, les Pumas voient un nouveau talent éclore et pourrait prochainement prendre les clés du jeu des Pumas. Entre Juan Martin Hernandez (avec qui on le compare souvent), Nicolas Sanchez ou Benjamin Urdapilleta (sans compter Marcelo Bosch au centre), les argentins ont vraiment de quoi voir venir dans ce secteur du jeu. Et peuvent même se permettre d’aligner plusieurs numéros 10 sur une même composition d’équipe. Et si les Pumas progressent d’année en année, il leur manque encore un petit truc pour réussir un petit truc pour franchir un cap. S’ils ne déméritent jamais en Super Rugby, ils leur manquent encore un peu de continuité pour enchaîner les bons résultats. Et la présence d’un joueur comme le clermontois pourrait être un vrai plus dans les années à venir.

Mais Patricio Fernandez va devoir réaliser le plus dur au niveau professionnel : confirmer.

pato-fernandez-le-nouveau-10-de-largentine-et-de-clermont

Publicités